• Djidjelli, cadre de mon adolescence

       A ma sixième année, j'ai quitté Philippeville pour rejoindre à Batna ma mère et son nouveau mari. J'y ai retrouvé ma soeur Colette et une nouvelle petite soeur qui venait de naître. Trois ans plus tard, nouveau déménagement pour Aïn Beïda pour quatre ans. Entretemps la famille s'était agrandie et nous fûmes six frères et soeurs lorsque nous arrivâmes à Djidjelli à l'automne 1950. Après la rigueur des contreforts de l'Aurès ce fut un pur bonheur de découvrir cette petite station balnéaire de Kabylie, véritable petit paradis surnommé "la perle de la côte de saphyr" où, trois ans plus tard naquit le septième élément de la fratrie. Bien que la vie ne fut pas toujours facile pour la famille nombreuse que nous étions, j'y ai personnellement connu les meilleurs moments de ma jeunesse. Je garderai toujours un souvenir attendri et mélancolique de cette ville et des amitiés que j'y ai nouées (et dont la plupart perdurent encore). Nous étions heureux et nous ne le savions pas. Nous ne l'avons su que lorsque nous ne l'étions plus....


    Ouvrir « DJIDJELLI 1.pps »

     

     


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :